Le marché de la Condamine est le marché historique de Monaco. Il est composé d’une place, d’arcades et d’une partie couverte. L’espace intérieur a été remodelé en mai dernier et de nouvelles enseignes ont vu le jour. Les espaces de restauration ont été privilégiés au détriment des commerces traditionnels. On déplore entre autre l’absence d’un volailler.

Sur la place sont regroupés les revendeurs maraîchers et fleuristes.

Sous les arcades, les producteurs présentent leurs récoltes locales tous les mardis, jeudis et samedis. Le très fréquenté étal de Romy est tout simplement MER-VE-ILLEUX ;-) En fonction des saisons, je remplis mon cabas de courgettes, petits pois, mandarines, roquette, framboises, blettes, plantes aromatiques… On y croise souvent Joël Garault chef du Vistamar restaurant étoilé de l’Hôtel L’Hermitage ou encore Sylvain Etievant du restaurant « la Chaumière ».  Etienne Hengy, producteur bio, se déplace uniquement le samedi. J’affectionne particulièrement ses carottes, ses navets boutons d’or,  ses haricots verts, ses potimarrons comme la Marina di Chiogga (variété de potiron). Le mercredi M. Morieux, apiculteur de Castallar (Les ruches de Castellar), expose ses miels : lavande, châtaignier, garrigue, sapin… A l’extrémité se place le banc à poissons de l’emblématique Famille Rinaldi, derniers pêcheurs du littoral monégasque.

Dans la partie couverte les artisans bouchers, boulangers, fromager-affineur côtoient de nouveaux stands centrés sur la « restauration ». De ces nouvelles adresses il faut retenir «Truffle Gourmet». En effet, cette épicerie de luxe propose uniquement des produits italiens dont la plupart sont d’exception, le lard y est de très bonne qualité tout comme la coppa, le « culatello di zibello » ou encore la « bresaola ». En saison, on peut y trouver des « mozzarella burrata » crémeuses venues directement des Pouilles ou des truffes blanches et noires. Petit bémol, les prix pratiqués sont plutôt salés. En fonction des heures de passage mon péché mignon est soit leur café qui est sans aucun doute le meilleur des environs, soit une petite focaccia garnie de charcuterie.

Parmi les artisans, il y a mon boucher Jacques Wioska qui est très compétent et toujours de bon conseil. Sa viande est remarquable. Pour avoir des poches de veau (pour la poche  farcie), des jarrets de veau (pour l’osso bucco), de la joue de bœuf (pour la daube) ou de l’araignée, il faut impérativement passer commande ou avoir beaucoup de chance. L’accueil est toujours chaleureux, je ne peux que vous conseiller cette adresse.

Le fromager-affineur cannois Ceneri propose depuis le mois d’octobre une jolie sélection de fromages. La réputation de cet artisan n’est plus à faire puisqu’il fournit quelques unes des plus belles tables de la région.

Je ne peux pas vous parler du marché de la Condamine sans écrire quelques lignes sur Roger. Il réalise une très bonne socca et une toute aussi bonne pissaladière avec des tomates comme on fait à Monaco. Mais c’est avant tout un personnage haut en couleur. Attention il n’est ouvert ni le dimanche ni le lundi.

Il faut noter que globalement les prix sont plus élevés qu’au marché de Vintimille ou de Cannes mais ils sont dans la moyenne de ce qu’on peut trouver sur le cours Saleya à Nice.

Cela reste un très beau marché méditerranéen que je vous conseille fortement si vous êtes de passage ou tout simplement pour y faire quelques emplettes.

   Boutiques, Sorties
   , , , , , , , , , , , , , .

Bookmark the permalink.

0 Responses to Le marché de la Condamine à Monaco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 3 = cinq

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>